Les symboles

Drapeau, marseillaise, célébration, pour ne pas oublier !

Le drapeau français

Le drapeau est un emblème représentant une personne, un régiment, un monarque ou un État. Le drapeau est visible sur les bâtiments publics, commune, préfecture, etc. Il est bien sûr présent dans les enceintes militaires. Il représente dans les manifestations officielles le symbole de l’État et de la Nation, c’est un des signes distinctif de la République.

Les Rois de France ont porté les trois couleurs du drapeau tricolore de façon distincte. La bannière bleue flottant au vent pour le couronnement de Charlemagne (800), de Clovis à Charles X dont le manteau royal est bleu azur, paré de fleurs de lys d’or, symboles de loyauté et de fidélité. Sous le règne de Hugues Capet et des règnes suivants, c’est l’oriflamme rouge de Saint-Denis, protecteur du royaume, qui est l’étendard du Roi. Le blanc a été, de 1638 à 1790, la couleur du drapeau royal et du pavillon de la marine. De 1814 à 1830, cette couleur représente l’armée royale.

C’est la Révolution française qui va instituer le drapeau tricolore. Un décret du 27 pluviôse An II (15 février 1794) indique que «le pavillon, et le drapeau national, sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales de manière à ce que le bleu soit attaché à la garde du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant». Sous la troisième République, un consensus s’établit progressivement autour des trois couleurs. A partir de 1880, la remise des drapeaux aux armées lors de la première fête nationale, le 14 juillet, fixe la tradition du drapeau dans les moments des fêtes républicaines. Peu à peu il fait l’unanimité dans la représentation officielle de la France, les royalistes acceptent cet emblème pendant la première guerre mondiale. La constitution de 1946 et de1958, dans son article 2, indique que l’emblème national est le drapeau tricolore bleu, blanc, rouge.

La Marseillaise

La Marseillaise, l’hymne national français, a été composé dans la fièvre de la révolution nationale et populaire. Le 25 avril 1792, Claude-Joseph Rouget de l’Isle, capitaine du Génie et compositeur de musique, né en 1760 à Lons-le-Saunier, est en garnison à Strasbourg. La déclaration de guerre du Roi à l’Autriche est officielle depuis quelques jours. Rouget de l’Isle chante pour la première fois cette œuvre qu’il nomme «Chant de guerre de l’Armée du Rhin». La partition et les paroles sont imprimées, ce chant traverse la France très rapidement. Le 30 juillet 1792, les Marseillais qui entrent dans Paris interprètent ce chant. Ainsi les Parisiens la baptisèrent tout naturellement «la Marseillaise».

La Marseillaise devient un succès. Elle est déclarée "Chant National" par la Convention le 14 juillet 1795. Interdite par Napoléon durant l’Empire et par Louis XVIII lors de la seconde Restauration, elle est mise à l’honneur après la Révolution de 1830. La Marseillaise fut à nouveau bannie par Napoléon III.

Sous la troisième République, en 1879, la Marseillaise est déclarée hymne officiel. Seuls les 1er, 6ème et 7ème couplets, avec le refrain, sont chantés aujourd’hui, les autres sont traditionnellement oubliés.

Le 14 juillet 1915, les cendres de Rouget de l’Isle sont transférées aux Invalides.

PDF avec le texte de la Marseillaise

Le 11 novembre : le temps de l'espoir

Au cours de l'automne 1918, au fur et à mesure que se développe l'offensive générale alliée, Paris comprend que "Le jour de Gloire", tant chéri dans la Marseillaise, est enfin proche....

Le 18 octobre, place de la Concorde, une foule immense célèbre la délivrance de Lille et deux jours plus tard, la capitale laisse vraiment déborder son enthousiasme. Le 7 novembre, des émissaires Allemands se présentent sur les lignes de la 1ère Armée et une suspension provisoire locale du feu est obtenue. Le Maréchal Foch, accompagné du Général Weygand et de la délégation navale britannique, présidée par l'amiral Wemyss, se rend par train spécial en forêt de Compiègne. C'est donc à Rethondes, garé sur un épi d'artillerie, que le Commandant en chef des armées alliées communique le texte de l'armistice mis au point depuis le 4 novembre par les gouvernements alliés.

Le 11 novembre l’armistice fût donc signée, mettant fin à l’un des grands carnages de ce monde.

Déroulé d’une armistice

COMITÉ DE LA VOIE SACRÉE ET DE LA VOIE DE LA LIBERTÉ - 1 avenue du Corps Européen - 55100 Fleury-devant-Douaumont - Tél. 03 29 84 35 34 - Fax : 03 29 84 45 54
© 2017 .